COLONNE / RÉVOLUTION

(2015)
Installation associant
1/ projection de 3 vidéos in situ
(sur mur, sur sol, sur mur/sol)
- 2 vidéos HD, 11' en boucle, en rotation de 360°
(format pentagonal, dimension variable environ 2,5m)
- 1 vidéo-animation 3D, 40'' en boucle
(dimension variable, environ 2x2m)
2/ bande son (stéréo, 47')

 


Colonne/révolution
poursuit un travail qui associe la mise en oeuvre de l'installation d'images fixes et d'images en mouvement, le texte et la voix pour une dérive construite dans l'espace comme dans l'imaginaire public. Forme attachée au monument, la colonne est ancrée dans la culture, avec l'autorité de la verticale. La sculpture minimale a contribué sur le plan formel à la critique moderne de ses fonctions idéologiques. Entre architecture et statuaire, elle s'inscrit comme représentation collective souvent conflictuelle et antagonique, entre élévation et chute. La Colonne Vendôme à Paris n'a pas fini d'incarner cette versatilité, physique comme symbolique.

Les trois séquences vidéos projetées dans l'espace montrent trois colonnes en mouvement perpétuel entre la verticale et l'horizontale, en révolution : la colonne Vendôme le 16 mai 1871 (animation 3D réalisée librement à partir de photographies d'archive et de gravures de l'époque), son double de granit abandonné en Corse sur le lieu de son extraction depuis 1839, et telle qu'elle se présente aujourd'hui à Paris. Ces plans-séquences se trouvent dans un rapport complexe, apriori contradictoire, entre la fixité et le mouvement. Le corps et le regard expérimentent une relation singulière à l'échelle, à la mobilité, au choix des points de vue, au temps.

La partie sonore de l'installation est un montage de musique et de voix qui font entendre le contexte de la Commune de Paris, où l'esprit révolutionnaire s'est appuyé entre autres sur la liberté artistique. Les textes interpretés par des artistes proposent une lecture personnelle et fragementée dans un espace sonore partagé avec les rythmes d'une création musicale originale. La boucle historique entre trois états du monument se constitue entre documentation et fiction, entre mémoire et présence. une distance qu'entretient la liberté de parcours du visiteur. C.R.



Musique :

Opac Helmet (Sylvain Azam)


Voix :

Sarah Aguilar (L'imaginaire de la Commune de Kristin Ross, avec des citations d'Elisée Reclus, de Georges Jeanneret, d'Elisabeth Dmitrieff, du Manifeste de la section parisienne de l'Association internationale des travailleurs publié dans le Réveil, de Gustave Lefrançais, d'Henri Bellenger, du Manifeste de la Fédération des artistes, du Journal officiel de la Commune, de Paul Lafargue, de William Morris, de Karl Marx, d'André Léo et Benoît Malon, de Pierre Kropotkine)

Laura Brunellière (Correspondances de Gustave Courbet)

Judith Espinas (Fédération des artistes de Paris, avis aux artistes, Eugène Pottier)

Tessa Volkine (Procès de Louise Michel)

echappees

 

Atelier W, accrochage in situ, (Pantin, novembre 2015)

 

Colonne / révolution de Catherine Radosa

 

 

echappees

 

 

echappees

 

 

echappees

 

 

echappees

 

 

echappees

 

 

 

Copyright © Catherine Radosa | All rights reserved